Attendu chaque année avec impatience par tout ce que le monde compte de professionnels dans le design industriel et la mode, le Pantone Color Institute vient de révéler la couleur ou plutôt le duo de couleurs de l’année 2021. Des tonalités qui épousent les sentiments mitigés que suscite la crise : entre optimisme et résilience

Un message de bonheur soutenu par la force d’âme”, telle est la signification du duo de couleurs proposés par Pantone pour incarner l’année 2021. 

Pour la seconde fois de son histoire, le Pantone Color Institute a désigné, en association avec Adobe, deux couleurs de l’année au lieu d’une. La dernière fois c’était en 2016 avec le rose quartz et le bleu serenity, comme en témoigne Fashion United 

On y trouve d’abord Illuminating (PANTONE 13-0647), une cousine du jaune souci (marigold). Il s’agit d’”un jaune vif et réjouissant, pétillant de vivacité, une teinte chaleureuse de jaune imprégnée d’énergie solaire.” Une lumière solaire connue pour repousser les risques de dépression, un mal-être qui a rongé plus d’un individu en confinement. Ce jaune luminescent était déjà visible lors des défilés de mode Printemps-été 2019. Il a été observé dans les collections Printemps-été 2021 des marques Elie Saab, Dolce & Gabbana, Prada, Etro, Versace ou encore Tory  Burch. A noter, que la teinte jaune, plébiscitée lors des pré-collections automne reste aussi très prisée pour faciliter la catarsis suite à une période de crispation économique. Ainsi une teinte similaire avait été choisie en 2009, au sortir de la crise économique consécutives des subprimes. La teinte n’est d’ailleurs pas sans rappeler la robe que portait Emma Stone dans la comédie musicale – elle-même hommage à l’univers ultra-coloré du réalisateur Jacques Demy – LaLa Land. 

Seconde et première teinte achromatique de son histoire : Ultimate Gray (PANTONE 17-5104). Cette couleur grise à l’esprit sportswear et résolument urbain est “emblématique des éléments solides et fiables mais aussi éternels, fournissant une base solide”La couleur grise était d’ailleurs très présente dans les collections printemps-été 2021 auprès de marques sartoriales comme Emporio Armani mais aussi Max Mara. L’explosion des ventes de survêtements et autres sweatshirts lors du confinement, en particulier aux Etats-Unis, n’est peut-être pas étranger à ce choix, tant la couleur évoque un basic de la tenue d’entraînement du sportif comme en propose les équipementiers sportifs et la marque Loom, dont la devise aux accents de durabilité est “moins mais mieux”. Ainsi, le New York Times a relevé que si les ventes de produits de mode étaient en chute de -79% aux Etats-Unis en avril, les ventes de pantalons de survêtement ont augmenté de +80% durant l’épisode pandémique. Les hauts de survêtements ont d’ailleurs connu une trajectoire similaire, au point que les marques de luxe ont bousculé leur communication pour vendre des vêtements sportifs. D’après NPD, ces produits devraient représenter 31% des dépenses totales en mode US pour les fêtes de fin d’année 2020. La tendance athleisure a d’ailleurs orienté certains mouvements stratégiques dans la sportstech que ce soit chez LuluLemon ou la marque fétiche des membres de la génération Z, Peloton. Le marché américain de l’Athleisure devrait d’ailleurs générer 105.1 milliards de dollars en 2020. Le gris ultime incarne l’image du rempart et cette idée que toutes les nations font bloc face à un seul et unique ennemi commun : le virus. 

“Cette alliance de couleurs transmet un message de force et d’espoir, à la fois durable et édifiant.” Dans le secteur de la mode, une telle association de couleurs grise et jaune s’est retrouvée lors du défilé Automne-Hiver 2019 de Off-white – la marque milanaise, à l’esprit streetwear, fondée et dirigée par Virgil Abloh, actuel directeur artistique des collections homme chez Louis Vuitton –  à travers une robe damier portée par la top Bella Hadid. Dans le secteur de la mode, ces teintes sont utilisées pour leur dimension utilitaire et non-genrée. Difficile ceci dit de ne pas y voir un appel du pied aux jeunes générations pour qui les questions de praticité et d’inclusion sont importantes : le gris pour le millennials et le jaune pour la génération Z. Pour Creativemarket.com, le choix dénote d’émotions conflictuelles résultant de la crise sanitaire. Pour Pantone, l’ensemble s’assimile à un appel au grand air et plus précisément à une plage de galets. D’ailleurs, l’énergie solaire de l’un et la minéralité de l’autre rappelle aussi l’importance des considérations éco-responsables. Une transition toute trouvée pour contraster avec la précédente teinte foncée “classic blue” censée inspirer “un bleu rassurant, plein de calme et de confiance”. L’antithèse de l’année 2020 en somme. 

Pour rappel, depuis plus de 20 ans, le Pantone Color Institute désigne la couleur de l’année. Celle-ci découle d’une analyse méticuleuse des éléments graphiques observés dans l’industrie du divertissement, des films en production, des collections artistiques itinérantes, des nouveaux artistes, de la mode, de toutes les facettes du design, des nouvelles technologies, des matières, textures, effets mais aussi les destinations de voyage populaires, l’univers lifestyle et les éléments socio-économiques.