L’Asie, et plus particuliĂšrement la Chine, a plusieurs semaines d’avance sur l’Europe au regard de l’économie et des nouveaux modes de consommation. Avec la pandĂ©mie, le confinement et la peur d’une contamination, les populations asiatiques ont rapidement adaptĂ© leurs usages. Ces derniers devraient d’ailleurs, selon les premiĂšres enquĂȘtes, s’inscrire dans la durĂ©e, mĂȘme une fois la pandĂ©mie passĂ©e. Qui sont ces nouveaux consommateurs et consommatrices ? Qu’attendent-ils des entreprises ? Quels usages ou promesses de vente vont-ils privilĂ©gier ? 

1.Des consommateurs soucieux de leur sécurité et bonne santé

Aucune surprise Ă  ce niveau lĂ , la pandĂ©mie de Covid-19 a mis en exergue un rĂ©el besoin pour les entreprises d’assurer Ă  leur clientĂšle une sĂ©curitĂ© aussi bien pour elle que ses produits. Le cabinet de conseil McKinsey & Company a ainsi conduit une Ă©tude auprĂšs de 5000 consommateurs et consommatrices Ă  travers diffĂ©rents pays d’Asie (Australie, Chine, Inde, IndonĂ©sie, Japon, CorĂ©e du Sud, et ThaĂŻlande) et les rĂ©sultats montrent qu’ils semblent se soucier davantage de la sĂ©curitĂ© en magasin et prĂ©fĂ©rer des offres bonne pour la santĂ© et d’origine locale qu’avant la pandĂ©mie de Covid-19, rapporte le site Inside Retail. En effet, les donnĂ©es rĂ©coltĂ©es sur le comportement de la clientĂšle asiatiques ont montrĂ© une augmentation de consommation des produits perçus par la sociĂ©tĂ© comme “sains” (aliments frais, oeufs, produits laitiers, eau en bouteille) et une baisse des produits jugĂ©s comme “peu sains” (boissons alcoolisĂ©s, snacks). 

Ces prises de conscience ne devraient pas ĂȘtre Ă©phĂ©mĂšres mais bien perdurer dans le temps et rester importantes pour les consommateurs et consommatrices une fois la pandĂ©mie passĂ©e. 

2. Des consommateurs encore plus connectés

La transition vers un mode de consommation basĂ© sur le numĂ©rique Ă©tait dĂ©jĂ  largement en marche. Mais poussĂ© par les bouleversements orchestrĂ©s par la pandĂ©mie, les changements qui devaient s’étaler sur plusieurs annĂ©es vont se produire ces prochains mois. Ainsi, les donnĂ©es concernant les consommateurs et consommatrices asiatiques indiquent une utilisation toujours active des services de livraison concernant les achats alimentaires par exemple, souligne Inside Retail. 

Quand les gens reviendront dans les magasins physiques, ils prĂ©fĂ©reront toujours utiliser des solutions leur permettant le moins de contact possible. Ainsi, la technologie “scan-and-go” est plĂ©biscitĂ©e par quatre acheteurs sur cinq (79%) tandis que les caisses automatisĂ©es le sont Ă  71%, indique le rapport “Digital Consumer in Asia 2020” de Tofugear, toujours citĂ© par Inside Retail. 

3. Des consommateurs toujours autant gourmets mais qui désertent les restaurants

Les restaurants ont globalement Ă©tĂ© largement touchĂ©s par la crise. ObligĂ©s de fermer leurs salles, certains ont prĂ©fĂ©rĂ© maintenir une forme d’activitĂ© pendant la crise en proposant des livraison de repas Ă  domicile. ProblĂšme : dans la majoritĂ© des pays, les personnes interrogĂ©es par McKinsey & Company ont indiquĂ© avoir dĂ©sormais peu d’intĂ©rĂȘt pour les repas au restaurant pour privilĂ©gier les achats en Ă©picerie de produits bruts ou dĂ©jĂ  cuisinĂ©s. 

4. Des consommateurs friands d’un luxe “abordable”

Outre la nourriture, la majoritĂ© des consommateurs et consommatrices asiatiques (4 sur 5) ont dĂ©clarĂ© qu’ils ne comptaient pas se passer de produits de beautĂ© et de soins personnels, indique le rapport de Tofugear. Comment expliquer cette fidĂ©litĂ© aux produits de beautĂ© et cosmĂ©tiques ? En pĂ©riode de crise Ă©conomique, ils sont considĂ©rĂ©s comme des produits de luxes “abordables qui offrent une forme d’Ă©vasion du destin et de la morositĂ©â€.

5. Des consommateurs en quĂȘte de transparence

Avec l’augmentation des achats en ligne au dĂ©triment des achats effectuĂ©s en physique et en magasin, les consommateurs sont dĂ©sormais de plus en plus exigeants lorsqu’il s’agit de la sĂ©curitĂ© de leurs donnĂ©es personnelles. Par ailleurs, avec la montĂ©e en puissance de la livraison Ă  domicile, les services privilĂ©giĂ©s par les personnes interrogĂ©es dans l’étude de Tofugear sont la livraison gratuite (86%), le suivi de la livraison (83%) et la possibilitĂ© de choisir un horaire de livraison (76%). 

6. Des consommateurs plus engagés

Les deux tiers des consommateurs asiatiques ont dĂ©clarĂ© que leur prise de dĂ©cision en matiĂšre d’achat sera influencĂ©e par l’impact de durabilitĂ© d’une marque tandis que prĂšs de la moitiĂ© des personnes ayant rĂ©pondu Ă  Tofugear ont dĂ©clarĂ© acheter des produits d’occasion et de seconde-main. Une donnĂ©e qui peut sembler faible en Europe mais qui dĂ©gage quand mĂȘme une tendance Ă  prendre en compte, note Inside Retail. Car dans certains pays d’Asie, et notamment en Chine, l’occasion reste stigmatisĂ©e car les biens seraient enveloppĂ©s d’une “mauvaise Ă©nergie”.  

7. Des consommateurs qui
 ne consomment pas (ou plus autant qu’avant)

PrĂ©occupĂ©s par l’impact de la pandĂ©mie sur leurs revenus personnels, les consommateurs et consommatrices sont conscients de la fragilitĂ© de l’économie actuelle et sont prĂȘts Ă  renoncer Ă  des achats futurs prĂ©vus en raison de l’incertitude liĂ©e Ă  Covid-19, prĂ©vient Inside Retail. Aux entreprises et marques d’anticiper les comportements des acheteurs et acheteuses françaises au regard des enquĂȘtes dĂ©jĂ  effectuĂ©es en Asie. 

A retenir
  • Plusieurs Ă©tudes ont Ă©tĂ© menĂ©es en Asie pour dĂ©gager les tendances de mode de consommation qui continueront aprĂšs la pandĂ©mie de Covid-19.
  • La majoritĂ© des consommateurs asiatiques portent un regard plus important sur la qualitĂ©, la sĂ©curitĂ©, la sanitĂ© et la localitĂ© des produits qu’avant la pandĂ©mie.
  • La transition numĂ©rique va d’autant plus s’accĂ©lĂ©rer que les consommateurs plĂ©biscitent des services tels que la livraison, le “scan-and-go” ou encore les caisses automatiques.
  • Outre l’alimentation, les consommateurs ne renoncent pas au luxe “abordable”, c’est-Ă -dire les produits cosmĂ©tiques et autres soins.